Ce contenu a été traduit automatiquement.
Surface photovoltaïque de record cantonal

Surface photovoltaïque de record cantonal

Ticino,

Le centre polyvalent de Pregassona, qui sera inauguré cet automne, accueillera une résidence médicale pour personnes âgées de 114 lits, un centre de jour pour personnes atteintes de démence sénile, une crèche et la direction générale de Lugano Istituti Sociali (LIS).

Il s’agit d’un bâtiment qui répond à la demande croissante de lits de santé et de soins pour personnes âgées non autonomes qui intègre des initiatives et des mesures en faveur des familles, également à travers un réaménagement important des environs, avec des espaces publics accessibles à la population de le quartier de Prégassona.

D’où le nom choisi pour la structure, rebaptisée « Polis », à l’issue d’un concours ouvert à l’ensemble de la population et lancé ces derniers mois par le LIS. Le terme rappelle, en effet, le concept des cités-états de la Grèce antique « habitées et fréquentées par des jeunes, des personnes âgées, professionnellement et non professionnellement », et associe symboliquement les deux mots « Poli » (de polyfonctionnel) et LIS ( acronyme pour Instituts Sociaux de Lugano).

La structure située via alla Bozzoreda se distingue non seulement par ses caractéristiques architecturales, mais aussi pour être un projet pilote réel et innovant dans le paysage tessinois, celui de fournir une école au niveau cantonal pour « Vers des bâtiments solaires au Tessin », alias  » Vers -EST », financé par le Fonds cantonal pour les énergies renouvelables (RES), qui vise à promouvoir des enceintes solaires à grande échelle capables de mettre en œuvre une production d’électricité renouvelable de haute qualité architecturale, allant au-delà des objectifs de la Stratégie énergétique 2050 en Suisse.

SUPSI a pour mission de développer un modèle réplicable
Aujourd’hui, les solutions photovoltaïques pour le secteur de la construction doivent être intégrées et transformées pour s’adapter autant que possible aux besoins des différents projets architecturaux, pour assumer les fonctions et les performances des éléments de construction et pour satisfaire une flexibilité croissante des processus de production. Cela a été souligné par l’Ing. Pierluigi Bonomo (chercheur et responsable de l’équipe SUPSI Innovative Envelope) qui observe comment « l’industrie d’aujourd’hui permet la personnalisation de systèmes de revêtement « sur mesure » pour les toits et les façades du bâtiment qui, en plus d’apparaître comme un élément constructif normal , ont également pour fonction de produire de l’énergie renouvelable ». Depuis des années, la Suisse est l’un des pays les plus actifs au niveau européen et international sur cette question du BIPV (Building Integrated Photovoltaics), ou plutôt « intégration constructive d’éléments photovoltaïques », qui dispose du Centre de compétence suisse en la matière au sein du Institut de durabilité appliquée à l’environnement bâti (ISAAC) de l’École universitaire professionnelle de Suisse italienne (SUPSI) – situé à Mendrisio sur le nouveau campus inauguré en avril dernier – où depuis 2005 de plus grandes synergies entre architectes et spécialistes du secteur photovoltaïque ont été promues .

Plusieurs projets pilotes ces dernières années ont abordé la question de l’enveloppe solaire active, avec une focalisation croissante sur l’obtention d’un effet caché des cellules solaires au profit d’un langage architectural qui se rapproche des matériaux de construction traditionnels, plutôt que ceux du panneau solaire. L’ingénieur Bonomo énumère les nombreux avantages liés à l’utilisation d’une façade solaire de nos jours : la possibilité de maximiser l’autoconsommation du bâtiment en synergie avec la couverture et les coûts de plus en plus compétitifs avec les matériaux de construction traditionnels. Cionono-
étant donné, il existe encore des freins à ces solutions innovantes.

Un exemple suisse
Avec le centre polyvalent de Pregassona, la ville de Lugano a voulu se lancer un défi au nom d’un concept de façade différent : non pas un revêtement classique mais une surface entièrement photovoltaïque qui s’adapte au langage architectural choisi grâce à la possibilité d’intégrer, dans un système classique de façade ventilée, des plaques de verre colorées photovoltaïques produites sur mesure par Sunage SA et installées par Alsolis SA.

Ce bâtiment public (financé par le RES du canton) est équipé du plus grand système photovoltaïque intégré en façade du Tessin, en effet il fait partie des façades de ce genre avec la plus grande surface même de Suisse, pour une puissance installée d’environ 170 kWc , égal à une superficie de plus de 1600 m2 de verre photovoltaïque, disposé sur toutes les façades de l’ensemble sur diverses orientations et expositions.

Le bâtiment Polis à Pregassona sera donc un véritable cas d’exemple vertueux destiné à mettre en place une école pour l’utilisation d’une façade solaire active qui produit de l’électricité et est un élément constructif, envisage de nombreux avantages en réduisant l’autoconsommation, a des coûts compétitifs et une grande qualité architecturale.