Ce contenu a été traduit automatiquement.
Les trois quarts de la population vivent dans les villes

Les trois quarts de la population vivent dans les villes

Berne,

L'exode urbain des années 80 et 90 s'est inversé: aujourd'hui, les trois quarts des Suisses vivent à nouveau en zone urbaine, la plupart dans des appartements de trois pièces. C'est ce qui ressort de l'annuaire «Statistiques des villes suisses 2021: vivre en ville».

Les villes suisses ont connu une «vraie renaissance» ces dernières années, selon un communiqué de presse de l’ Association suisse des villes et de l’ Office fédéral de la statistique à l’occasion de la publication de leur annuaire « Statistiques des villes suisses 2021 » avec un accent sur « Vivre dans la ville ». Dans les années 80 et 90 du siècle dernier, de nombreuses personnes ont déménagé de la ville à la campagne, aujourd’hui les trois quarts de la population suisse vivent à nouveau dans les villes.

La plupart d’entre eux sont chez eux dans des appartements de trois pièces. En revanche, à 86,5%, la grande majorité des propriétaires des villes suisses ont un appartement de quatre pièces ou plus. Plus la communauté est petite, plus la proportion de maisons unifamiliales est élevée. Dans le cas des maisons multifamiliales, c’est l’inverse: dans les plus grandes villes, elles représentent en moyenne plus de 43%. Pour les villes restantes, c’est moins de 33%.

Plus la ville est grande, plus il y a de locataires. La structure par âge au sein d’une commune ou d’une ville est à peu près la même partout en Suisse. De plus, seulement 5% de plus de personnes sont célibataires dans les villes que dans les zones rurales. Au total, 31% des citadins sont des ressortissants étrangers. Dehors, c’est seulement 20 pour cent.

Dans l’ensemble de la Suisse, la construction de logements à but non lucratif ne représente que 1,3%. Dans les grandes villes, en revanche, la moyenne est de 11,4 pour cent et dans la ville de Zurich même de 22,4 pour cent.

En politique urbaine, le FDP (27,2%) et le SP (20,6%) donnent le ton, suivis du CVP (15,1%, moins 0,2% par rapport à l’année précédente) et du SVP (11,4%, moins 0,2%). Les Verts ont gagné 0,8 pour cent par rapport à l’année précédente et sont maintenant de 7,7 pour cent.