Ce contenu a été traduit automatiquement.
Les frontières disparaissent dans la Limmatstadt

Les frontières disparaissent dans la Limmatstadt

Limmatstadt,

Jasmina Ritz, directrice générale de Limmatstadt AG, explique dans le magazine client EKZ "blue" la transformation de l'ancien site industriel le long de la Limmat en une ville habitable. Dans la ville émergente de la Limmat, les frontières entre les communautés disparaissent de plus en plus.

Le magazine client « bleu » des travaux d’électricité du canton de Zurich ( EKZ ) consacre son article de couverture au développement de la ville sur la Limmat. Lors d’une conversation à Schlieren et dans les centres de développement urbain le long de la Limmattalbahn, la directrice générale de la société de promotion de l’emplacement Limmatstadt AG , Jasmina Ritz, explique l’idée derrière le projet. « Une ville émerge » est le titre de la dernière édition de « blue » avec une photo de Jasmina Ritz sur le toit du Bio-Technopark à Schlieren. « Nous sommes ici à l’épicentre du développement urbain de la Limmatstadt », a déclaré Ritz. Et : « De là-haut, vous ne voyez plus aucune frontière.

Avec cette phrase et dans la longue conversation avec l’auteur Luc Descombes, le responsable de Limmatstadt AG indique clairement que les avantages et les forces des différentes communautés doivent être réunis dans la vision commune de la Limmatstadt. « C’est pourquoi une image de soi commune est si centrale », aurait déclaré Ritz. Selon le texte « bleu », au moins 200 000 personnes vivent dans la zone de chalandise de la soi-disant Limmatstadt. De l’avis de Jasmina Ritz, cela mérite « une forte apparition commune et un puissant marketing de localisation ».

Dans l’histoire principale publiée sous le deuxième titre « Vision Limmatstadt », les exemples des communes de Schlieren et Dietikon montrent l’émergence d’une « ville habitable » de l’autre côté de la frontière cantonale à Aargauische Spreitenbach. L’importance de la Limmattalbahn, actuellement en construction, pour la fusion régionale est soulignée. Jasmina Ritz déclare : « Partout où passe un tramway, un espace urbain se crée. La Limmattalbahn est cruciale pour le développement positif de la région. »

L’engagement de l’EKZ dans ce domaine s’exprime en « bleu » avec les projets de l’entreprise. La centrale hydroélectrique de Dietikon EKZ alimente 4 500 foyers, la sous-station d’Oberengstringen fournit 80 mégawatts supplémentaires depuis 2020 et l’EKZ pose des dizaines de kilomètres de nouvelles lignes et conduites pour le chemin de fer de la vallée de la Limmat depuis 2020 afin de renforcer le futur réseau électrique dans le Ville de Limmat. « Bleu » paraît deux fois par an avec un tirage de 300 000 exemplaires dans tout le canton. Le magazine est distribué dans tous les foyers.