Ce contenu a été traduit automatiquement.

Coronavirus: le Conseil fédéral présente un rapport de suivi sur la situation des loyers des entreprises

Bern

Le Conseil fédéral s'est penché sur la situation des loyers commerciaux à plusieurs reprises. Ce faisant, il a toujours pris la position de ne pas vouloir intervenir dans les relations de droit privé entre locataires et propriétaires. Le 8 avril, le Conseil fédéral a chargé l'EAER, avec le DFF, de suivre la situation dans le domaine des loyers commerciaux et de faire rapport au Conseil fédéral au plus tard fin octobre 2020. Le Conseil fédéral a déjà pris acte de ce rapport de suivi le 7 octobre 2020 afin de permettre au Parlement de commencer à traiter de la loi Covid-19 sur les loyers commerciaux en connaissance de ce suivi. Le 18 septembre, le Conseil fédéral a adopté la dépêche et le projet de loi sur cette proposition, qui a été commandée par le Parlement.

Le rapport Suivi des loyers commerciaux aboutit aux résultats suivants:

  • Sur la base d’une analyse structurelle de Wüest Partner, il existe environ 390 000 baux commerciaux en Suisse pour un volume de location estimé à deux milliards de francs par mois. Sur ce montant, environ 900 millions de CHF sont destinés aux bureaux, 500 millions de CHF au commerce et à l’industrie, 400 millions de CHF aux surfaces commerciales et 200 millions de CHF à l’hôtellerie. En plus des 390 000 baux, environ 60% des entreprises exploitent leur entreprise dans leur propre propriété. Pendant la période de restrictions maximales entre le 17 mars et le 26 avril 2020, environ 113 000 locations ont été concernées par les fermetures du Conseil fédéral. Le loyer cumulé des immeubles commerciaux concernés par les fermetures s’élève à 530 millions de francs par mois. Cela correspond à 27% du volume de location.
  • Une enquête représentative de gfs.bern est parvenue à la conclusion que la proportion de locataires qui avaient des difficultés à payer leur loyer en raison des fermetures obligatoires est passée de 6 à 33 pour cent dans les semaines du verrouillage. Cela est particulièrement vrai pour la Suisse romande et le Tessin. L’enquête a également montré que la majorité des locataires (environ 60%) cherchaient des solutions de secours – et la majorité les avait trouvées. Les accords ont été conclus beaucoup plus fréquemment que les désaccords; pour le locataire, le ratio accords / non-accords est de 3 pour 2, pour le bailleur de 9 pour 1. La grande majorité des accords sont intervenus avant les décisions parlementaires de juin 2020. Dans près de trois cas sur quatre, les accords prévoyaient des réductions de loyer.
  • Le développement économique à ce jour indique une reprise économique rapide et forte. Le nombre de faillites d’entreprises et le nombre de nouvelles demandes dans les statistiques des autorités d’arbitrage se situent actuellement dans la fourchette habituelle ou en dessous du niveau de l’année précédente.
  • Une comparaison internationale montre que la plupart des pays européens – comme la Suisse – s’appuient sur des mesures de soutien pour sécuriser la liquidité des entreprises concernées par les fermetures. Il y avait rarement des interventions en termes de droit de la location et, dans l’affirmative, il s’agissait d’une prolongation des délais de paiement ou de préavis. Il n’y a pas de réduction statutaire des loyers dans les onze pays européens examinés.

Sur la base de ces résultats, le Conseil fédéral arrive à la conclusion qu’il y a actuellement peu de preuves de difficultés globales et régionales dans le domaine des loyers commerciaux. Cependant, cela n’exclut pas la possibilité qu’il y ait des constellations insatisfaisantes dans des cas individuels. Selon l’évolution de la pandémie, la situation peut rapidement s’aggraver.

C’est pourquoi le Conseil fédéral s’abstient actuellement de prendre des mesures (par exemple dans le domaine législatif). Cependant, il charge l’Office fédéral du logement (BWO) de poursuivre le groupe de travail sur les loyers commerciaux et de discuter avec les cantons de tout soutien en matière de conseil et d’information. Parce que l’expérience a montré que les solutions régionales conviennent le mieux à la situation locale.

Schweizerische Eidgenossenschaft