Ce contenu a été traduit automatiquement.

50 ans de Shoppi Tivoli Spreitenbach

Le Shoppi Tivoli à Spreitenbach a ouvert il y a 50 ans - en tant que premier centre commercial de Suisse. Construit entièrement dans le style américain, il attire aujourd'hui environ 4,5 millions de visiteurs par an. Une conversation avec le directeur du centre Patrick Stäuble sur le passé et le futur.

Patrick Stäuble, le président de la direction et responsable du centre du Shoppi Tivoli, a 51 ans. Le Shoppi Tivoli célèbre cette année son 50e anniversaire. Beaucoup de choses ont changé depuis 1970: «Lors de son ouverture, le centre commercial comptait 50 magasins. Aujourd’hui, plus de 450 marques sont représentées », précise le patron. L’éventail des activités de loisirs a également changé – ce qui était autrefois le bowling est maintenant le centre de remise en forme ou le large éventail de restaurants. Le Shoppi Tivoli est incontestablement important pour Spreitenbach: « C’était comme un OVNI qui a atterri il y a 50 ans au milieu du village agricole », dit Stäuble.

Le Shoppi Tivoli a été le premier centre commercial de Suisse – une réalisation pionnière. Pour comprendre qu’il a été construit à Spreitenbach de tous les endroits, il faut jeter un regard sur l’histoire: c’était le planificateur local de l’époque, Klaus Scheifele, qui dans les années 1950 a conçu le plan de structure pour la construction du nouveau Spreitenbach avec d’autres experts. Sur la base de la Charte d’Athènes – le manifeste de développement urbain de l’architecte suisse Le Corbusier. L’idée a été si bien accueillie par les planificateurs, les politiciens et les investisseurs qu’elle a déclenché un véritable boom de la construction.

Un centre commercial a également été inclus dans ce plan de structure. Karl Schweri, alors patron de Denner, a obtenu le terrain destiné à cet effet via son fonds immobilier et recherchait un architecte avec une expérience américaine. Le Suisse Walter Hunziker a pris contact, qui avait vécu aux États-Unis pendant dix ans et y avait obtenu un diplôme d’architecte et d’urbaniste. En collaboration avec l’économiste Fritz Frey, il a fondé Transplan AG et a commencé à planifier un nouveau centre-ville à Spreitenbach en 1962. Le «Shoppi» a ouvert huit ans plus tard. Jusque-là, l’endroit pourrait tripler sa population. «À cette époque, Spreitenbach attirait également de nombreux couples non mariés. La cohabitation était interdite à Zurich, mais pas dans le canton d’Argovie », explique Stäuble.

Hunziker avait de grandes visions – qui ne pouvaient pas toutes être mises en œuvre. L’objectif était de passer à 30000 habitants – en 2020, il y en aura un peu plus de 10000 qui vivront à Spreitenbach. Avec son développement rapide et les nombreux immeubles de grande hauteur, l’ancien village agricole a attiré de nombreux résidents étrangers. «Spreitenbach a une certaine réputation», déclare Stäuble. La municipalité peut marquer des points avec un beau centre de village dans la zone supérieure et les immeubles de grande hauteur modernes ainsi que le Shoppi Tivoli dans la nouvelle partie. Mais les signes ne sont pas mauvais que Spreitenbach parviendra à inverser la tendance après tout – beaucoup est en cours de construction à nouveau pour le moment. Le directeur du centre est ravi des projets comme «Tivoli Garden» avec 320 appartements: «Cela attire également beaucoup de gens qui apprécient d’avoir le centre commercial juste à côté.» Le responsable du centre trouve dommage que le projet «Neumatt», qui aurait frôlé directement le Shoppi Tivoli, ait été rejeté: «Je pense que c’est une occasion manquée pour Spreitenbach. Mais c’est probablement un peu trop pour la population avec la construction de la Limmattalbahn et des jardins de Tivoli. Je pense que le projet était bon, seul le timing était mauvais. « 

En général, Stäuble suppose que Spreitenbach se positionnera idéalement dans la ville de Limmat. La Limmatstadt a la tâche importante de relier la vallée de la Limmat à travers la frontière cantonale. Le Limmattalbahn est également important pour cela. «Cette connexion est importante pour nous ainsi que pour la prochaine génération. Les gens s’installent là où il y a de bonnes liaisons de transport public et un large éventail d’options de loisirs et de restauration. Et les plus jeunes en particulier ne se soucient pas de savoir s’ils vivent actuellement en Argovie ou à Zurich. « Ils veulent être là où la vie se passe, où ils peuvent passer leur temps libre comme ils le souhaitent. » Spreitenbach offre des conditions idéales pour cela. Notamment à cause du Shoppi Tivoli, qui accueille chaque année 4,5 millions de visiteurs. Pendant la semaine, jusqu’à 15 000 visiteurs viennent chaque jour, un week-end qui pourrait même être 38 000, déclare Stäuble: «Nous sommes toujours un centre de week-end. Une visite au Shoppi Tivoli est une activité de loisir, vous pouvez vous promener, faire du shopping et emmener toute la famille avec vous. Le CenterMall et le TivoliMall ont été reconstruits ou reconstruits ces dernières années. « Plusieurs centaines de millions ont été investis – le Shoppi est désormais équipé de marques internationales et d’une large gamme d’options de loisirs et de gastronomie et est donc prêt pour l’avenir », est convaincu Stäuble. Un centre commercial n’est jamais fini. Les tendances aujourd’hui seraient dans le sens des loisirs, des cosmétiques et des services. «C’est un processus continu auquel nous devons faire face. Mais elle n’a certainement plus besoin d’investissements majeurs, il ne reste plus qu’un développement global. » Il y aura également des transformations en termes de numérisation. «Je pense que ça va être une combinaison de ligne et hors ligne. Pour que je puisse choisir mon jean dans un magasin, par exemple, mais que je n’ai pas à ramener le sac à la maison, mais le pantalon me est livré le lendemain.

« Boutique
porter un masque n’est pas une expérience. « 


La question de l’avenir se pose également en ce qui concerne la pandémie corona. Cela a frappé durement le Shoppi Tivoli. Mais le verrouillage a bien commencé: «Il y a des industries qui ont récupéré pratiquement 100%. Mais l’industrie textile en particulier ne pourra pas compenser la perte », explique Stäuble. Les locataires gravement touchés ont été exonérés de 50% du loyer.

Si le canton de Zurich a rendu obligatoire le port du masque dans les magasins, vous pouvez toujours faire vos achats sans masque dans le canton d’Argovie. Stäuble ne remarque pas un afflux accru de Zurichois, qui préfèrent se passer de masque: «Néanmoins, je suis très heureux que nous n’ayons pas à porter de masque. Faire du shopping dans cette taille est une expérience. Nous vendons des émotions – c’est juste plus difficile avec un masque. Nous avons plus de 1400 employés – et nous n’avons pas une seule infection corona du côté des vendeurs. Les gens ici sont en mouvement et ne restent pas longtemps en contact.

Stäuble envisage donc l’avenir avec confiance. Même s’il voit encore quelques choses à faire sur le plan politique. Par exemple, la mise en place d’heures d’ouverture plus longues et plus de ventes le dimanche. «Les vendeurs ne travaillent donc plus ou ne travaillent plus, seulement dans d’autres équipes», réfute le patron un contre-argument qui a beaucoup été avancé. Avec l’émergence continue d’une «ville limmate», des progrès sont également nécessaires sur le plan politique. Le directeur du centre pourrait même imaginer qu’un jour le Shoppi Tivoli s’appellera «Shoppi Tivoli Limmatstadt». ■

Text: Linda von Euw / Bilder: Shoppi Tivoli